Ronny Delrue

Traces

Paul Ilegems

mars 1994

UNE DES TOILES DE RONNY DELRUE s’intitule ‘traces’. Ce titre pourrait s’appliquer à plus d’une de ses toiles, et peut-être même bien à l’ensemble de son œuvre, qui plonge dans le souvenir et l’oubli. Bon nombre d’entre elles laissent transparaître en filigrane des figures que l’on parvient parfois encore à reconnaître vaguement, mais qui n’en restent pas moins énigmatiques. Delrue pratique donc une forme de peinture transparente, une technique introduite, dans l’entre-deux-guerres, par Francis Picabia, mais qui n’eut pas de retentissement à l’époque. Elle fut toutefois réintroduite par Sigmar Polke et reprise, à sa suite, par les Américains Schnabel et Salle. Chez nous, l’artiste anversois Walter Swennen en est le représentant le plus connu. Si, sur un plan technique, on peut relever certaines correspondances, sur le plan du contenu, ce n’est pas le cas. Delrue ne focalise pas tellement le souvenir ou l’oubli sur son expérience personnelle, mais davantage sur l’histoire de l’humanité dans son ensemble. Il fait référence aux souverains, aux pharaons et aux empereurs, tous morts depuis des millénaires, mais qui ont tout mis en œuvre pour se perpétuer dans le gigantisme de leurs monuments et mausolées. Or, même ces imposants édifices n’ont pas survécu la plupart du temps, et ce que nous savons encore de ce passé est tombé en ruine. Ceci nous amène à la futilité de tout désir de grandeur, au thème de la Vanité. De là, aussi, la forme d’un crâne, que l’on retrouve dans bon nombre de ses toiles. Et en repensant à la technique utilisée, c’est un autre parallèle qui surgit du même coup : les traces les plus anciennes de la créativité artistique sont, elles aussi, des figures superposées. Les peintures et gravures rupestres enfouies dans les grottes de la Dordogne sont l’œuvre de plusieurs générations successives qui ont voulu laisser leur empreinte aux mêmes endroits, rendant ainsi ces œuvres souvent inextricables. L’œuvre de Delrue y fait encore écho, et la boucle du souvenir et de l’oubli est ainsi refermée.

 

Top